Gestion des couleurs, calibration d’écran et d’imprimante sous linux : Quelques définitions

Créé le 15 janvier 2009. Dernière modification le 29 juin 2009
 

Espace colorimètrique et codage des couleurs

Un espace colorimètrique est un sytème de représentation des couleur utilisant habituellement un espace à 3 dimensions.

Le plus connu des espace colorimètriques est l’espace RGB (pour Red-Green-Blue) où une couleur est codée à partir des 3 couleurs de base : rouge, vert et bleu. Ce type de codage des couleurs est appelé synthèse additive car le noir est obtenu si l’intensité des 3 couleurs de base vaut 0 et le blanc si elle est maximum.

PNG - 4.8 ko
Synthèse additive

Il existe un grand nombre d’espaces RGB car en fonction des 3 couleurs absolues rouge, verte et bleu choisies comme base (voir paragraphe suivant) un trio de valeurs RGB pourra avoir différentes couleurs. Ce point sera discuté au paragraphe Espace de travail.

Un autre espace colorimètrique est l’espace CMY (pour Cyan-Magenta-Yellow) utilisé par les imprimantes. Ce type de codage des couleurs est appelé synthèse soustractive car le blanc y est obtenu quand l’intensité de chacune des couleurs vaut 0 et le noir quand elle est maximum.

PNG - 6 ko
Synthèse soustractive

On notera toutefois que pour la plupart des imprimantes grand public celles-ci sont vues depuis le PC comme des périphériques RGB la conversion étant faite par l’imprimante elle même.

Espace colorimètrique absolu

Un espace coloromètrique absolu permet de coder d’une façon unique, dans un espace à 3 dimensions, l’ensemble des couleurs visibles par un oeil humain "moyen".

Il existe 2 espaces colorimètriques absolus qui sont CIE XYZ et CIE L*a*b. Dans ces espaces 2 des coordonnées définissent les couleurs proprement dites, la 3ème coordonnée définissant la luminosité. CIE XYZ est le plus ancien, CIE L*a*b ayant été défini par la suite. Une version à 2 dimensions de l’espace CIE XYZ est souvent utilisée pour visualiser l’étendue des gamuts ou des espaces de travail. Ce diagramme est appelé diagramme de chromaticité xy.

PNG - 34.5 ko
Espace xy

Gamut

Le gamut d’un appareil (écran, imprimante, scanner, etc.) est l’ensemble des couleurs que cet appareil peut reproduire ou est capable d’acquérir. Compte tenu des limites technologiques le gamut d’un appareil est, en général, un sous ensemble de l’ensemble des couleurs que peut percevoir un œil humain "moyen".

Gamma

Le gamma est un coefficient définissant la fonction de transfert (c’est à dire la relation entre la valeur d’entrée et la valeur de sortie) d’un appareil. Cette relation est de la forme :

Valeur de sortie = Valeur d’entrée ^ gamma [1]

C’est une courbe de ce type qui relie la quantité de lumière émise par un écran avec les valeurs RGB qui lui sont envoyées. Nous verrons plus loin que le réglage du gamma du moniteur que l’on veut calibrer est une première phase de cette calibration.

PNG - 21.6 ko
Courbe gamma pour différentes valeurs de gamma

Point blanc

Le point blanc d’un écran est la caractéristique chromatique de la lumière émise par cet écran lorsque on lui envoi les valeurs maximales pour les 3 canaux RGB. Il est donné sous la forme d’une température en degrés Kelvin (°K).

En fonction de la température de ce point blanc, le "blanc" de cet écran pourra être soit un peu jaune pour des température basses ou un peu bleu pour des températures élevées.

Cette notion de température de couleur est liée à la répartition spectrale de la source de lumière qui éclaire une scène. Une bougie, dont la flamme est relativement froide, donne une lumière jaune rouge alors que qu’une flamme de chalumeau, beaucoup plus chaude donne une lumière bleu. On notera que cela est à l’inverse de la notion de couleurs chaudes (rouge, jaune) et froides (bleu).

Les figures ci-dessous donnent la couleur du point blanc en fonction de la température et la position du point blanc dans le diagramme xy.

PNG - 5.2 ko
Couleur du point blanc en fonction de sa température

 

PNG - 48.3 ko
Position du point blanc dans le diagramme xy en fonction de sa température

Chapitre suivant : Calibration, profil icc et espace de travail

 


Les images suivantes sont issues de Wikimedia Commons.

 

Notes :

[1Le signe ^ est l’élévation à une puissance. Par exemple X^2 est le carré de x.



Retour en haut de la page